Coiffe des rotateurs

Réparation des tendons de l’épaule

Quel est votre problème?

L’épaule est constituée de l’extrémité de l’os du bras (tête de l’humérus) qui glisse dans une cavité (la glène) située surl’omoplate. Vous avez une déchirure au niveau des attaches (tendons) des muscles qui entourent la tête de l’humérus (la coiffe des rotateurs). Cette déchirure (accidentelle ou liée à l’usure) entraîne des douleurs la nuit et lors de certains mouvements du bras. Vous pouvez aussi avoir mal à cause des frottements de ces tendons contre l’os situé juste au dessus (acromion) si la tête de l’humérus ne tourne pas bien et a tendance à monter trop haut. Selon l’état de votre articulation, votre âge et l’usage que vous faites de votre épaule, il peut être utile d’opérer.

Votre intervention

Les possibilités techniques sont nombreuses. En cas de déchirure de petite taille, on recoud le tendon. Si celui-ci est détaché, le chirurgien le fixe sur l’os. Si le tendon n’est pas réparable, il peut, pour compenser, changer l’emplacement de certains autres tendons. Très souvent, le chirurgien enlève aussi quelques millimètres sur le dessous de l’acromion pour supprimer d’éventuelles douleurs liées aux frottements des tendons contre cet os. Soit on insensibilise seulement votre épaule, (anesthésie locorégionale), soit on vous endort complètement (anesthésie générale). Cette opération dure entre 30 minutes et 1 heure 30.

 

 

L'acromioplastie est un

geste souvent associé

 

 

Après l’opération

La durée d’hospitalisation varie de 2 à 15 jours. Les douleurs disparaissent au cours des premières semaines. Votre épaule reste immobilisée (ex: dans une écharpe) pendant quelques temps. Il ne faut pas que les muscles se contractent sous peine de déchirer les tendons réparés. La rééducation vous permet de conserver une articulation souple. Vous bougez normalement l’épaule au bout de 2 à 3 mois et la récupération est complète au bout de 6 mois. 

Les risques

Des muscles, tendons, ligaments, nerfs ou vaisseaux sanguins peuvent être abîmés pendant l’opération, ou suite à un déplacement des moyens de fixation. Cela peut créer des problèmes de fonctionnement ou de sensibilité de certaines parties du bras. On donne quelquefois un traitement pour limiter le risque que des bouchons de sang solidifié (caillots) ne se coincent dans les veines du bras (phlébite) ou des poumons (embolie). Si des microbes envahissent la zone opérée (infection), il faut un traitement médical prolongé, voire une nouvelle opération. Exceptionnellement, le bras peut devenir raide et gonfler de façon exagérée (algodystrophie). Il y a plus fréquemment une légère raideur de l’épaule qui disparaît avec le temps. 

Une nouvelle déchirure (accidentelle ou liée au vieillissement naturel de l’épaule) est toujours possible. Ce n’est pas forcément un problème si cela n’entraîne pas de douleurs ni de difficultés dans l’usage de votre épaule.