canal lombaire etroit

4 picture3
4 picture1
Canal Lombaire Etroit

 

 



LA PATHOLOGIE
Vous souffrez d'une sténose du canal lombaire, appelé aussi canal lombaire étroit. Il s'agit du rétrécissement du canal central de la colonne vertébrale dans sa partie basse, qui est responsable d'une compression des racines nerveuses qui y cheminent et du sac qui les contient.

PRINCIPES DU TRAITEMENT
L'intervention chirurgicale dont vous allez bénéficier consiste à redonner au canal lombaire un calibre suffisant et de supprimer toute compression au niveau des racines nerveuses; on appelle cela la libération. Il est quelquefois nécessaire d'y ajouter une arthrodèse, qui est la fusion de deux ou plusieurs vertèbres entre elles, pour éviter que leurs mouvements exagérés soient aussi un facteur de compression neurologique.
Pour réaliser la fusion, on utilise une greffe osseuse placée entre les vertèbres en cause, qui va, comme pour la consolidation d'une fracture, former un pont osseux entre ces vertèbres. l'os utilisé pour la greffe sera prélevé localement sur la partie postérieure du bassin. Pour immobiliser les segments et en attendant la consolidation osseuse, il peut être nécessaire de mettre en place du matériel métallique vissé dans les vertèbres, appelé matériel d'ostéosynthèse ou instrumentation.

AVANT L'INTERVENTION
La planification de cette intervention et le choix des différents temps opératoires (réalisation ou non d'une greffe, présence ou non de matériel métallique) est décidée après l'examen clinique que vous avez eu en consultation, par votre chirurgien, et au vu des examens complémentaires qui ont été ou seront réalisés. Le plus souvent, en plus des radiographies standard, un scanner (ou tomodensitométrie), une saccoradiculographie et éventuellement une IRM (Imagerie par Résonance Magnétique) seront nécessaires.
Il sera procédé de plus à un bilan préopératoire habituel comme lors de toute intervention chirurgicale nécessitant une anesthésie. Vous allez voir en consultation le Médecin anesthésiste qui prescrira ces examens.

COMMENT SE DEROULE CETTE INTERVENTION ?
Après la réalisation de l'anesthésie générale, vous serez installé sur une table spéciale, à plat ventre, de manière à permettre l'abord de la colonne lombaire par en arrière. Le niveau à opérer est repéré radiologiquement. On incise alors longitudinalement, les muscles sont écartés et la libération peut être réalisée. Greffe et ostéosynthèse sont mis en place, si c'est nécessaire, et la plaie opératoire est refermée en laissant en place un drainage par un tuyau en plastique relié à une bouteille aspirant le sang.

APRES L'INTERVENTION
Vous serez couché sur le dos, mais rapidement vous serez autorisé à vous remettre debout et à marcher. Les kinésithérapeutes vous aideront à faire travailler les principaux muscles de vos membres inférieurs et vous apprendront les manoeuvres utiles pour vous lever, vous coucher, vous asseoir, vous baisser sans risque pour votre dos. Il pourra être indiqué que vous portiez un corset de maintien qui sera réalisé sur mesure dans les jours qui suivent l'opération. Dès le premier jour post-opératoire, un traitement anti-coagulant vous sera administré, sous la forme d'une injection quotidienne. Le but en est de prévenir l'apparition d'une phlébite qui peut avoir des conséquences graves. Une surveillance du traitement par prise de sang régulière est nécessaire.
La sortie de l'hôpital sera envisagée après l'ablation du drainage, et dès que vous aurez retrouvé une certaine autonomie grâce à la rééducation.
LES RESULTATS DE L'INTERVENTION
Le but de l'intervention est de supprimer les douleurs dans les membres inférieurs et éventuellement les déficits neurologiques qui les accompagnent. Les résultats sont régulièrement bons à court et à long terme. Les résultats définitifs sont établis habituellement aux alentours du troisième mois. Pour ce qui est des douleurs lombaires, peu d'amélioration sera à attendre, car l'arthrose lombaire persiste. Quand une greffe a été faite, elle est "prise" aux alentours du sixième mois.


LES COMPLICATIONS

Mis à part les complications propres à l'anesthésie (qui vous seront expliquées par l'anesthésiste). des complications peu graves peuvent être rencontrées :
- Constipation postopératoire durant 5 à 6 jours, pour laquelle un traitement spécifique vous sera prescrit.
- Retenue des urines nécessitant la pose d'une sonde urinaire.
- Hématome superficiel, pouvant nécessiter une évacuation chirurgicale.
- Infection locale, traitée médicalement ou chirurgicalement.
- La réalisation d'une brèche, ou blessure du sac contenant les racines nerveuses. Cela provoque une fuite de liquide entraînant des maux de tête qui disparaissent après 3 à 4 jours de position couchée.

Plus graves, certaines complications sont exceptionnelles :
- Hématome profond pouvant comprimer de manière rapide et importante les nerfs et nécessitant une ré-intervention en urgence.
- Infection profonde, du sac (méningite), d'un corps vertébral ou d'un disque inter-vertébral (spondylodiscite).
- Lésion neurologique chirurgicale pouvant laisser des séquelles irréversibles.
- Lésion des gros vaisseaux sanguins passant en avant de la colonne et provoquant une hémorragie importante.
- Compression du globe oculaire pouvant aboutir à la cécité.


CONCLUSION

Cette intervention, dans un centre spécialisé, est devenue courante; elle assure de bons résultats de manière régulière sur les douleurs par compression neurologique. Toutefois les douleurs lombaires seront peu modifiées, la colonne vertébrale restant arthrosique. Les complications sont exceptionnelles mais peuvent être graves et même mettre en jeu la vie du patient.